Une histoire toujours vivante

 

 

Bulletin

Le Bulletin de la SHFCB est publié de façon mensuelle. Ne manquez pas les nouveautés et les évènements prochains!

Découvrir

Maurice Guibord SHFCB

Le message du Directeur général

La Société historique francophone de la Colombie-Britannique est une société sans but lucratif incorporée en mars 2009 et dont la mission est : la promotion de l’histoire et de la culture des francophones de la Colombie-Britannique.
 
EN SAVOIR PLUS

À l'honneur!

 

Michel Poudenx, conseiller informatique pour la SHFCB

Découvrir
Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Étienne Marchand – Importance de Marchand dans l’histoire de la C.-B.

ÉTIENNE MARCHAND

IMPORTANCE DE MARCHAND DANS L’HISTOIRE DE LA C.-B.

Marchand et son équipage ne passent que quelques jours dans les eaux au large des côtes du Nord-Ouest, du 21 août au 8 septembre 1791 (soit 19 jours). Nous leur devons tout de même une amélioration des cartes traitant en particulier du nord des îles Haïda Gwaii. Surtout, ils ont été les premiers à fournir des détails concrets sur l’art, les habitations, les coutumes et la langue des habitants de cette partie des îles.

Ils sont les premiers Francophones à fouler le sol de ce qui deviendra la Colombie-Britannique, devançant par 20 mois seulement l’arrivée par voie terrestre dans le territoire, vers la fin-mai 1793, de l’explorateur anglais Alexander Mackenzie, accompagné de son équipage de six Voyageurs canadiens-français. Ces Voyageurs seront les prochains Francophones à fouler le sol de la province éventuelle.

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Étienne Marchand – Dans les eaux de la côte de la C.-B.

ÉTIENNE MARCHAND

DANS LES EAUX DE LA CÔTE DE L’ÉVENTUELLE COLOMBIE-BRITANNIQUE

(Note : Les dates indiquées ci-dessous sont celles qui paraissent dans le journal de Marchand.)

Après avoir traversé l’Atlantique et remonté vers le nord-ouest des Amériques, les navires de Marchand arrivent près des eaux de la future province. Le 12 août 1791, ils pénètrent dans le cap Whites (dans l’Alaska actuel) où ils rencontrent les « Naturels », et font déjà, depuis les navires mouillés dans la baie (nommée Tchinkîtâné par les autochtones), les premiers échanges avec eux pour des fourrures.

Le jour suivant, soit le 13 août 1791, Marchand, Chanal, et quelques autres membres de l’état-major descendent à terre, où ils visitent leurs maisons, font du commerce avec eux et explorent ces terres. Jusqu’au 21 août, on accueille quotidiennement des habitants à bord des navires pour la traite de pelleteries. (32)

Seulement deux cartes nous indiquent le passage du Solide dans les eaux de
l’éventuelle Colombie-Britannique. Les deux paraissent dans ce texte.

Read more

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Étienne Marchand – Le navire Le Solide

ÉTIENNE MARCHAND

LE NAVIRE LE SOLIDE

Aucune illustration documentée du navire Le Solide n’a pu être trouvée. Cependant un site généalogique sur la famille du chirurgien Claude Roblet, de l’équipage du Solide, partage le dessin ci-dessus, indiquant qu’il s’agit du navire Le Solide, mais sans aucune source. (28)

Le Solide est un trois-mâts apprêté spécifiquement pour ce voyage, faisant vingt-trois mètres de long sur huit de large, doublé en cuivre, et mesurant 330 tonneaux. Il est bien équipé sur le plan matériel et dispose d’un équipage scientifique diversifié et performant. (29)
Read more

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Étienne Marchand – Le voyage de Marchand, 1790-1792

ÉTIENNE MARCHAND

LE VOYAGE DE MARCHAND, 1790-1792 (26)

1.Marseille, 2. Îles du Cap-Vert, 3. Îles Marquises, 4. Archipel Alexander, Îles de la Reine-Charlotte, île de Vancouver, 5. Hawaï, 6. Macao, 7. Île Maurice 

LA MISSION (27)

Le voyage de Marchand a une portée commerciale, son but étant de lancer pour la France le commerce de la fourrure entre la côte nord-ouest de l’Amérique et la Chine. La régularité des échanges commerciaux entre les insulaires et les occidentaux transparaît dans les journaux de bord du second Prosper Chanal et du chirurgien Claude Roblet.

 

___________________________

26  “Expédition du Solide», Wikipedia.

27  Gannier, 2000, p.101.

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Comte de Lapérouse – Bibliographie

Sources primaires

« 1786 La Perouse Large Antique Map of British Columbia & Vancouver Isle, Canada ». Classical Images, https://www.classicalimages.com/products/la-perouse. Consulté le 29 janvier 2019.

Carte particulière de la côte du nord-ouest de l’Amérique reconnue par les Frégates Françaises La Boussole et L’Astrolabe en 1786. « 1786 La Perouse Map of Vancouver and British Columbia, Canada ». Geographicus Rare Antique Maps, https://www.geographicus.com/P/AntiqueMap/Vancouver-perouse-1786. Consulté le 29 janvier 2019.
Read more

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, 1780 -1790 – Comte de Lapérouse – Importance de Lapérouse dans l’histoire de la C.-B.

COMTE DE LAPÉROUSE

IMPORTANCE DE LAPÉROUSE DANS L’HISTOIRE DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE


Statue de Lapérouse, à Albi. (23)

Bien que Lapérouse n’ait passé que 24 jours dans les eaux de l’éventuelle Colombie-Britannique, il ajouta aux connaissances acquises pendant le voyage antérieur du capitaine britannique James Cook. Cependant, le délai de sa publication jusqu’en 1797, une décennie après le voyage, et aussi après la parution d’autres journaux plus récents par d’autres explorateurs, en limita l’importance scientifique. Cela ne fit toutefois pas d’ombre à l’éclat de ses exploits ni au mystère de sa disparition.

Ses textes portant sur les autochtones à Port-des-Français facilitent toujours une comparaison ethnologique et culturelle avec le récit final du capitaine Étienne Marchand,  qui décrit les habitants des îles de la Reine-Charlotte. Le journal de Lapérouse souligne aussi les atouts des nouvelles terres dont les habitants accueilleraient avec bienveillance une éventuelle colonisation par la France.

En son honneur, un mont sur Haïda Gwaii ainsi qu’un autre  en Alaska furent nommés La Pérouse. Le récif et le banc La Pérouse au large de Haïda Gwaii célèbrent aussi son passage. D’autres sites commémorent son nom en France, au Japon, en Australie, en Nouvelle-Zélande, à Hawaï, sur l’île de Pâques, et même sur la lune. Son exploration planétaire lui valut donc une reconnaissance hors de ce monde.

 

__________________________

23  «Albi statue laperouse », Statue de Lapérouse à Albi, par Nicolas Raggi, érigée en 1853.

Close