Année en cours

La SHFCB à l'EXPO DE NANAIMO

Nous sommes heureux d'accepter l'invitation de l'Association des Francophones de Nanaimo pour monter notre kiosque en leur nom à la VIEx - la Vancouver Island Exhibition, qui se tient cette fin de semaine à Nanaimo. C'est une première pour nous. Nous avons donc bien hâte de faire la connaissance d'un tout nouveau public.
Nous y serons les samedi et dimanche 19 & 20 août.
Venez nous rendre visite!
...

View on Facebook

LE JONGLEUR.... de quelle cour?
Nous avons trouvé dans nos dossiers la première page d'un bulletin intitulé "Le Jongleur", vol. 1, no. 1, automne 1988. Il semble venir du sud de l'île de Vancouver, mais nous sommes estompés quant au reste.
C'était l'une de vos publications? Et en avez-vous les exemplaires à nous prêter afin que nous puissions en faire des copies?
...

View on Facebook

DON DE LA FFCB
La Fédération des Francophones de la C.-B. nous fait don d'un important ensemble d'archives et de ressources audio-visuelles qui sauront enrichir son fonds existant dans nos collections. Un grand merci à nos intermédiaires, Christian Deron, Coordonnateur des relations gouvernementales et de la recherche, et Anne Kearnan, Adjointe administrative.
...

View on Facebook

Notre société soeur de Victoria nous transmet de belles archives
Gisèle Samson, gardienne des archives de l'Association historique francophone de Victoria, vient de nous transmettre une quarantaine de numéros du bulletin de la FFCB, "Le Trait d'Union", des années 1980 à 2000. Ont suivi ensuite une dizaine de vieux Annuaires de la FFCB d'entre 1985-2013. Merci bien! Bon nombre de trous furent comblés, mais il en reste toujours.
Nous sommes toujours heureux de recevoir des publications de nos associations. Ne nous oubliez pas, et pourquoi pas nous ajouter à votre liste d'envoi!
...

View on Facebook

Nouveau don du Conseil Jeunesse francophone de la C.-B.
Un grand merci à Rémi Marien, D.G. du CJFCB, qui parait ci-dessous, pour son don d'une quinzaine de pièces d'uniformes de nos athlètes britanno-colombiens aux Jeux de la Francophonie 2017 tenus à Moncton et Dieppe, au N.-B. Le Conseil Jeunesse accumule depuis quelques années déjà un fonds appréciable dans nos collections qui permet de mettre en relief la part des jeunes dans le parcours historique francophone de notre province.
Vous avez des pièces semblables? Programmes, T-shirts, imprimés, photos? Nous sommes prenants!
...

View on Facebook

NOUVEAU BENEVOLE
Voici Geoffroy d'Arexy (à dr.), qui a entamé son bénévolat à la SHFCB aujourd'hui sous l'aile de Michel Poudenx, notre ange techno.
Geoffroy, archiviste de formation, poursuit le travail de numérisation de nos photos pour une mise en ligne éventuelle sur notre nouveau site web.

BIENVENUE, GEOFFROY!
...

View on Facebook

RECENSEMENT 2016 : Un Canada de plus en plus multilingue

Vancouver, le 2 août 2017 – Statistique Canada vient de présenter l’évolution linguistique du pays mise en évidence par le dernier recensement. Il semble que le français et l'anglais perdent leur importance par rapport aux langues maternelles non officielles tout en restant des langues de convergence. Le taux de bilinguisme est quant à lui en croissance : nous n’avons jamais été aussi nombreux à parler français au Canada et en Colombie-Britannique.

Cependant, la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB) souhaiterait clarifier ces résultats obtenus à l'aide d'une méthodologie qui ne permet pas de déterminer l'ensemble des parlants français. En effet, plus de 15 % des francophones du Canada sont issus de l’immigration et beaucoup d'entre eux sont désignés comme allophones, alors qu’ils utilisent le français au quotidien et s'identifient comme francophones. Il est important de noter que l’allophonie n’est pas une langue en tant que telle : il s'agit de la somme totale des langues autres que les langues officielles.


« Le recensement ne devrait pas se porter uniquement sur les francophones "langue maternelle" mais sur l'ensemble des parlants français, qu'ils soient issus de l'immigration ou des écoles. Le recensement devrait déterminer qui est capable de vivre en français, peu importe leur langue maternelle », a déclaré Mme Padminee Chundunsing, présidente de la FFCB.

Ces chiffres prouvent bel et bien l'importance de revoir les définitions de « francophone » et « francophile », le libellé des questions du recensement et l'importance de services en français appropriés. « Cette croissance, en chiffres, est bien la preuve que la communauté francophone de la Colombie-Britannique mérite une offre plus étendue de services en français », a ajouté la présidente de la FFCB.

Comme mesure de renforcement de cette croissance, il est notamment primordial de développer le continuum en éducation de langue française, de la petite enfance au postsecondaire, comparablement à l’éducation en anglais. Il serait également important d'atteindre la cible nationale de 4,4 % en immigration francophone hors Québec et d'intégrer durablement les nouveaux arrivants dans notre communauté.

Nous encourageons les différents gouvernements à renforcer leur collaboration avec la communauté francophone dans le but d'atteindre ces objectifs.
La Fédération des francophones de la Colombie-Britannique est vouée à l’avancement d’une francophonie accueillante. Ses principales actions visent l’agrandissement de l’espace francophone et le renforcement des capacités de la société civile francophone et francophile de la Colombie-Britannique. La FFCB est financée par le Ministère du Patrimoine canadien.

Personne-ressource :
Sébastien Delavallée, coordonnateur des communications de la FFCB
604-732-1420 (poste 311), communication@ffcb.ca
...

View on Facebook

Deuxième projet connexe avec l'Association francophone de Surrey

Un grand merci à la DG de l'AFS qui nous inclut de façon contractuelle dans le deuxième volet de la recherche sur l'histoire de la francophonie... à Surrey!
Le premier volet nous a permi de mettre en lumière des premiers Francophones de cette villes, surtout des Francais et des Canadiens-francais à Cloverdale et à White Rock (qui a partie de Surrey pendant des décennies). Ce deuxième élan entraîne des recherches auprès de certaines des communautés francophones de cette ville afin de les inclure dans une exposition itinérante de la Ville de Surrey sur ses Francophones qui sera lancée en octobre. Le projet inclut aussi la formation d'aïeux francophones pour la tenue d'entrevues d'histoires orales auprès de ces communautés à cet effet.
Merci Surrey! Merci à l'AFS pour sa vision! Et bonne chance à France Vachon dans ses projets futurs au Québec!
...

View on Facebook

SUBVENTION DE PROJET RECU DE PATRIMOINE CANADIEN
C'est avec plaisir et fierté que nous annonçons la réception de notre première subvention de la part de Patrimoine canadien. Cet accord s'étend sur deux ans et entraîne la création d'un nouveau site web sur lequel vous pourrez mieux capter et apprécier les recherches effectuées sur les Francophones en C.-B., ainsi que toutes les données sur nos collections, les liens à toutes les ressources connexes, et encore plus importants, des projets interactifs en ligne qui agrémenteront justement votre introduction à cette histoire fascinante.
La SHFCB tient à remercier son agente Isabelle Major pour son appui dans cette démarche. Nous anticipons avec plaisir et enthousiasme le lancement de ce produit dans le premier quart de 2018. Merci!!
...

View on Facebook

La SHFCB au FUSION FESTIVAL de Surrey
Un rapport une petit peu en retard, mais un grand merci à Michelle Rakotonaivo de nous avoir invité de monter notre kiosque à ce Festival les 22-23 juillet. Quel évènement phénoménal!
Installés dans le kiosque des Canadiens-français, nous y avons rencontré des dizaines de francophones et d'anglophones de Surrey, en provenance de tous les coins du globe. Tous furent ravis de connaître notre travail, voire notre existence! Un petit voyage au préalable au Flag Shop de Vancouver nous assura un éventail sur notre table des drapeaux des Francophonies vivant à Surrey - d'Haïti, des deux Congos, du Sénégal, de l'île Maurice et du Madagascar, entre autres. La simple présence de leur drapeau dans notre kiosque nous a fait bon nombre de nouveaux amis.
Nous y avons d'ailleurs établi les bases pour un nouveau fonds archivitisque chez nous, soit celui de M. Raoul Carrière, Métis francophone originaire de St-Boniface, mais résident de Surrey depuis des décennies. C'est avec lui qu'est photographié votre président.
Un grand merci à nos bénévoles sassidus ces jours-là, Aurélie Izquierdo et Nestor Navarro.
Ne manquez surtout pas ce festival l'an prochain!!!
...

View on Facebook

Il y a quelques temps j'ai écris quelques mots sur cette page, concernant le voyage du navire français- Le Solide commandé par Étienne Marchand en rapportant notamment une portion de la relation rédigée par le chirurgien du bord Claude Roblet..

J'ai réussi à obtenir une copie de la relation de ce voyage écrite en l'an VI de la période révolutionnaire soit 1797-98, par le cartographe et Ministre de la marine de l'époque Charkes Pierre Claret de Fleurieu, qui pour celà utilisa le journal de bord d'Étienne Marchand et les rapports des officiers et des savants qui se trouvaient à bord du Solide. C'est tout simplement passionnant à lire, ce rapport est très détaillé et précis et dans ce sens unique pour l'époque pour cette partie du monde encore méconnue. Il apparaît que ce voyage du Solide est remarquable si on le compare aux voyages qui l'ont précédé, car si les ïles de la reine Charlotte, furent découvertes et nommées par le Capitaine George Dixon en 1787 d'après le nom de son navire, il n'y aborda pas, au contraire du Solide et des membres de son équipage, qui explorèrent plusieurs lieux et rencontrèrent les amérindiens...et amérindiennes, le long de la côte nord ouest des îles.
Le séjour du Solide aux ïles de la reine Charlotte dura du 23 août au 3 septembre 1791 dont 4 jours dans Cloak-bay, puis il longea l'île de Vancouver du 3 septembre au 6 septembre jour ou le Solide mouilla face à Berkeley sound ( entre Ucluelet et Banfield aujourd'hui) où il rencontra de nouveau des amérindiens. Puis finalement il mit le cap en direction de Macao le 9 septembre 1791. Ce voyage sur la côte nord ouest de l'Amérique du nord et notamment la côte de ce qui deviendra la Colombie-britannique, ne fut pas une réussite commerciale, mais il fut particulièrement intéressant par les rencontres avec les amérindiens, les observations, les relevés cartographiques et la découverte de lieux qui portent encore au jour d'aujourd'hui les noms donnés et indiqués sur les cartes par les officiers du navire en 1791 : Solide Passage, Village point, Lepas Bay, Louis Point, Louis Rock, Port Louis ( pour Louis Marchand frére du capitaine et lieutenant sur le Solide) Chanal Reef,Chanal Point et Port Chanal pour Prosper Chanal le second du Solide,
...

View on Facebook

Merci à Geneviève EV d'avoir invité ses ami(e)s à devenir membres de la page Facebook de la SHFCB. ...

View on Facebook

En 1741 un Français sur la côte nord ouest de l'Amérique du nord....

Le 15 juillet 1741, Tchirikov, capitaine russe du navire Saint-Paul-Apôtre, fut le premier Européen à atteindre la côte du nord-ouest de l'Amérique du Nord, de ce qui deviendra l'Alaska, et il a ensuite découvert les îles Aléoutiennes.

Tchirikov commandait un des deux navires de l'expédition dirigée par Vitus Béring. Mais lors d'une tempête les deux navires furent séparés, poursuivant sa route, le Saint Paul-Apôtre atteint la côte de l'Alaska d'aujourd'hui sans doute dans un secteur situé au sud du Mont st Élias, certaines données géographiques, situe ce lieu beaucoup plus au sud, et il est d'ailleurs possible que ce point soit situé dans le secteur de la frontière entre la Colombie-britannique et l'Alaska actuels.

A bord du navire de Tchirikov, se trouve un français : Louis de l'Isle de la Croyère un atronome et un cartographe réputé, membre de l'académie des sciences de St Pétersbourg.

Avant d'embarquer sur le navire de Thirikov Louis de l'isle de Croyère avait traversé la Sibérie et rejoint le Kamtchatka en compagnie du naturaliste Georg Willem Steller qui décrivit nombre d'animaux de l'Amérique du nord,( dont la célèbre Rhytine de Steller, aujourd'hui disparue), et qui lui embarqua à bord du navire de Vitus Béring, le Saint Pierre.
Les cartes apportées par Louis de l'isle aidèrent grandement Béring dans son expédition.ces cartes ayant été réalisées par son demi-frère Guillaume de L'isle géographe auprès de la cour de Russie..

Au retour, sur le Saint-Paul-Apôtre, le scorbut fait rage la majeure partie des membres de l'équipage meurent ou sont malades, lorsque enfin le navire rejoint la côte de la péninsule du Kamtchatka le 10 octobre 1741, Louis de l'isle de la Croyère décède, il est enterré dans la forteresse de St Pierre et St Paul située à l'extrémité sud de la péninsule. Sur la carte au lien ci-dessous le lieu éventuel de la découverte est indiqué comme étant découvert par Thirikov et De l'Isle. Thirikov envoya une chaloupe à terre, mais comme elle n'était pas revenue au bout de 3 jours il en envoya une seconde, qui ne revient pas non plus, n'ayant pas d'autres chaloupe, au bout d'une semaine il quitta les lieux abandonnant à leur sort hommes et chaloupes.. 1.bp.blogspot.com/-afF6kTI7O6U/VMu84YqxGUI/AAAAAAAAi48/868-gsLN-fo/s1600/bering%2Bmap%2Bof%2Btrip...
...

View on Facebook

Chers membres de la page Facebook de la Société Historique Francophone de la Colombie-Britannique, invitez les membres de votre réseau ou de votre page Facebook à devenir membres et à aimer notre page. Merci. ...

View on Facebook

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save