ÉTIENNE MARCHAND

PARTICULARITÉS DU VOYAGE

Voyages autour du monde pendant les années 1790, 1791, et 1792, par Étienne Marchand […],

par Charles-Pierre Fleurieu, 1790 (41)

 

Le voyage de Marchand demeure largement négligé, en raison, d’abord, du contexte politique en France au moment du retour de son expédition, mais aussi de l’échec de sa mission sur le plan commercial. Marchand lui-même se rend compte que la foulée internationale de longue date dans ces eaux a déjà largement décimé ce commerce maritime particulier.

Le retour de Marchand pendant la Révolution française, alors au temps de la Terreur, nuit à l’intérêt qu’aurait pu susciter son voyage dans l’opinion politique. Les fourrures tant recherchées sont d’ailleurs confisquées puisque, destinées aux nobles et bourgeois, elles deviennent des denrées des plus sensibles.

Toutefois, le voyage est loué pour deux raisons. Le trajet s’est effectué rapidement : parti en décembre 1790, Marchand revient en France en août 1792. Il lui a donc fallu moins de deux ans pour faire le tour du monde. Aussi, on ne déplore qu’un mort sur les 50 membres de l’équipage original.

On reconnaît également les connaissances savantes que le voyage de Marchand a établies sur les régions qu’il a visitées. On souligne que si les voyages des Anglais ont permis de localiser ces différentes terres sur les cartes occidentales, partagées ensuite entre explorateurs, ces derniers ont peu ajouté aux observations sur les contrées visitées et sur leurs habitants. Marchand, Chanal et Roblet ont beaucoup contribué à la connaissance des us et coutumes des peuples qu’ils ont rencontrés.

 

______________________________

41  Fleurieu, page couverture.