ÉTIENNE MARCHAND

LE NAVIRE LE SOLIDE

Aucune illustration documentée du navire Le Solide n’a pu être trouvée. Cependant un site généalogique sur la famille du chirurgien Claude Roblet, de l’équipage du Solide, partage le dessin ci-dessus, indiquant qu’il s’agit du navire Le Solide, mais sans aucune source.

Le Solide est un trois-mâts apprêté spécifiquement pour ce voyage, faisant vingt-trois mètres de long sur huit de large, doublé en cuivre, et mesurant 330 tonneaux. Il est bien équipé sur le plan matériel et dispose d’un équipage scientifique diversifié et performant.

Des notes mêmes de Marchand : « Je ne le demandai que de 320 tonneaux, à deux ponts seulement, tout ras de l’avant à l’arrière, à varangues demi-plates et d’une force à pouvoir supporter l’échouage, car je pense que les bâtiments de ce port et de cette construction sont les plus propres à faire toutes sortes de navigation avec sûreté. […] Le navire devait être doublé en cuivre ; je fis mettre toutes les chevilles de la quille, de l’étrave, de l’étambot de ce métal, ainsi que les clous du petit fond; de là aux pré-ceintes on les mit moitié cuivre et moitié fer. »

L’Équipage

Cinquante personnes voyagent à bord du Solide. Dans l’état-major, on compte :

  • Capitaine commandant :              Étienne Marchand
  • Capitaines en second :                  Pierre Masse et Prosper Chanal
  • Lieutenants :                                   Louis Marchand, Louis Infernet et Hyacinthe Murat
  • Chirurgiens :                                   Claude Roblet et Pierre Regnier
  • Volontaires :                                   Étienne Cailhe, Augustin Décany et Amédée Chanal
    Membres de l’équipage :
  • Maître d’équipage :                       Jean Icard
  • 3 officiers mariniers de manœuvres
  • 2 charpentiers, 2 calfats, 2 tonneliers, 2 ouvriers pelletiers
  • 3 maîtres d’hôtel et cuisiniers, 1 boulanger
  • 23 matelots et mousses