COMTE DE LAPÉROUSE

IMPORTANCE DE LAPÉROUSE DANS L’HISTOIRE DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE


Statue de Lapérouse, à Albi.

Le récit de Lapérouse ajouta aux connaissances acquises pendant le voyage antérieur du capitaine britannique James Cook. Cependant, sa publication retardée jusqu’en 1797, une décennie après le voyage, et aussi après la parution d’autres journaux plus récents d’autres explorateurs, en limita l’importance scientifique, sans toutefois faire ombre à l’éclat de ses exploits ni au mystère de sa disparition.

Ses textes portant sur les autochtones à Port-des-Français facilitent toujours une comparaison ethnologique et culturelle avec le récit éventuel du capitaine Étienne Marchand traitant des habitants des îles de la Reine-Charlotte. Le journal de Lapérouse souligne aussi les atouts des nouvelles terres qui se porteraient bienveillantes dans une colonisation éventuelle par la France.

Un mont La Pérouse fut plus tard nommé sur Haïda Gwaii en son honneur, ainsi qu’un autre du même nom en Alaska. Le récif et le banc La Pérouse au large de Haïda Gwaii rappellent aussi son passage. D’autres sites portent son nom en commémoration en France, au Japon, en Australie, en Nouvelle-Zélande, à Hawaï, sur l’île de Pâques, et même sur la lune. Son exploration planétaire lui valut donc une reconnaissance hors de ce monde.