Une histoire toujours vivante

 

Category

Expo virtuelles

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Comte de Lapérouse – Bibliographie

Sources primaires

« 1786 La Perouse Large Antique Map of British Columbia & Vancouver Isle, Canada ». Classical Images, https://www.classicalimages.com/products/la-perouse. Consulté le 29 janvier 2019.

Carte particulière de la côte du nord-ouest de l’Amérique reconnue par les Frégates Françaises La Boussole et L’Astrolabe en 1786. « 1786 La Perouse Map of Vancouver and British Columbia, Canada ». Geographicus Rare Antique Maps, https://www.geographicus.com/P/AntiqueMap/Vancouver-perouse-1786. Consulté le 29 janvier 2019.

La Pérouse, Jean-François de Galaup. Carte Particulière de la Cote du Nord-Ouest de l’Amerique reconnue par les Fregates Francaises la Boussole et l Astrolabe en 1786. 2e. Feuille. dated 1786. Galaup, J. F. (Comte de La Perouse), Atlas du Voyage de la Perouse, (Paris) 1797.  (File provided by Geographicus Rare Antique Maps), Wikimedia Commons, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:1786_La_Perouse_Map_of_Vancouver_and_British_Columbia,_Canada_-_Geographicus_-_Vancouver-perouse-1786.jpg.)

Sources secondaires

« Albi statue laperouse », Statue de Lapérouse à Albi, par Nicolas Raggi, érigée en 1853. https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Albi_statue_laperouse.jpg. Consulté le 12 août 2019.

Association Lapérouse Albi-France. « Carrière dans la Marine : de l’Île de France à la Baie d’Hudson », Brest https://www.laperouse-france.fr/a-la-découverte-de-lapérouse/enfance-et-carrière-millitaire/.
Consulté le 12 août 2019.

« Auguste-Louis de Rossel », https://fr.wikipedia.org/wiki/Auguste-Louis_de_Rossel.

« Battle off Spanish Bay », Louisbourg History website http://louisbourghistory.blogspot.com, Consulté le 12 août 2019.

Chartrand, René. Louisbourg 1758. Oxford: Osprey Publishing, 2000.

« Château du Gô », https://fr.wikipedia.org/wiki/Château_du_Gô

Combet, Denis. « Plan for the Expedition to Hudson Bay: A Newly Discovered Manuscript by Jean-Francois Galaup, Comte de Lapérouse ». Manitoba History, no 52, juin 2006, p. 43‑46.

De Bourbon-Parme, Amélie. « L’expédition Lapérouse (5/6) : fin tragique dans l’océan Pacifique », « Le Parisien Week-end », 28 août 2018. Consulté le 12 août 2019.

De Lesseps, M. Voyage de Lapérouse, rédigé d’après ses manuscrits, suivi d’un appendice renfermant tout ce que […]. Paris, Arthus Bertrand, 1831. Internet Archive, http://archive.org/details/voyagedelaprous00prgoog

Delitte, Jean-Yves. « La Boussole &l’Astrolabe (L’expédition de La Pérouse) ». BDtheque, 04 septembre 2013. https://www.bdtheque.com/main.php?bdid=13224

Fleurieu, C. P. Claret (Charles Pierre Claret). A Voyage Round the World, Performed during the Years 1790, 1791, and 1792 by Etienne Marchand : Preceded by a Historical Introduction and Illustrated by Charts, Etc. London : Longman and Rees … T. Cadell … and W. Davies, 1801. Internet Archive, http://archive.org/details/voyageroundworld01fleu.

—. A Voyage Round the World, Performed during the Years 1790, 1791, and 1792 by Etienne Marchand : Preceded by a Historical Introduction and Illustrated by Charts, Etc. London: Longman and Rees et al, 1801. Internet Archive, http://archive.org/details/voyageroundworld02fleu.

« Frégates Astrolabe et Boussole vers 1786 pendant l’expédition La Perouse.jpg ». Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Fr%C3%A9gates_Astrolabe_et_Boussole_vers_1786_pendant_l%27expedition_La_Perouse.jpg. Consulté le 8 février 2019.

« Intérieur de Port-des-Français » par Lavis de L.F. Blondela, dessinateur à bord de L’Astrolabe, 1786. https://www.cargos-paquebots.net/Navires_et_Histoire/LaPerouse/index.htm. Consulté le 14 mai 2019.

« Jean François Galaup de La Pérouse ». Gallica, 1899 1800, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84539222.

“La Boussole Cannon”, site web La Perouse Museum & Headland, 18 avril 2015, https://laperouseheadland.com/category/uncategorized/page/12/. Consulté le 18 août 2019.

« Laperouse carte exploration », https://argoul.com/2015/10/03/francois-bellec-le-testament-de-laperouse/laperouse-carte-exploration/

La Pérouse, Jean-François de Galaup, et Maurice de Brossard. Voyage de Lapérouse autour du monde pendant les années 1785, 1786, 1787 et 1788. Club des libraires de France, 1965.

La Pérouse, Jean-François de Galaup et Hélène Minguet. Voyage autour du monde sur « L’Astrolabe » et « Boussole » : 1785-1788. La Découverte, 1997.

Little, Gary, « La Pérouse: 1786 Chart of the B.C. Coast », http://www.garylittle.ca/maps-historic/perouse.html.  Consulté le 19 Juillet 2019.

« Louis XVI et La Pérouse.jpg ». Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Louis_XVI_et_La_P%C3%A9rouse.jpg. Consulté le 8 février 2019.

McLennnan, John Stewart, Louisbourg, from its foundation to its fall, 1713-1758, London, Macmillan, 1918.

Milet-Mureau, M. L. A. Voyage de La Pérouse autour du monde pendant les années 1785, 1786, 1787 et 1788. Tome second, Imprimerie de la République, 1797.

« Nicolas-André Monsiau », https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas-André_Monsiau#/media/Fichier:Louis_XVI_et_La_Pérouse.jpg

Nokes, J. Richard. Almost a hero: The voyages of John Meares, R.N., to China, Hawaii, and the Northwest Coast. Washington State University Press, 1988.

Passaris, Athina, Charlotte Cathala et Laure Demarest. « Lapérouse aujoud’hui ». CUFR Champollion, Albi, 2013-14. http://blogs.univ-jfc.fr/projetlaperouse/vanikoro-et-apres/le-mythe-laperouse/.
Consulté le 12 août 2019.

« Paul Fleuriot de Landre », https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Fleuriot_de_Langle. Consulté le 12 mai 2019.

Ryan, W. F. et Sarah Tyacke, éditeurs :

The Journal of Jean-François de Galaup de la Pérouse, 1785-1788.
Translated and edited by JOHN DUNMORE.
Vol. 1. 1994. pp. ccxl + 232. 3 plates, 8 maps.
Vol. II. 1995. pp. vi + 380. 16 plates, 5 maps
.

Shelton, Russell C. From Hudson Bay to Botany Bay: The lost frigates of Lapérouse. NC Press, 1987.

Valentin, F. Voyages et aventures de Lapérouse. 1987, https://babel-hathitrust-org.ezproxy.library.uvic.ca/cgi/pt?id=aeu.ark%3A%2F13960%2Ft3qv4qs3

“York Factory”, https://fr.wikipedia.org/wiki/York_Factory#/media/Fichier:Histoire_de_l’Amerique_Septentrionale_-_divisée_en_quatre_tomes_(1753)_(14577108988).jpg

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, 1780 -1790 – Comte de Lapérouse – Importance de Lapérouse dans l’histoire de la C.-B.

COMTE DE LAPÉROUSE

IMPORTANCE DE LAPÉROUSE DANS L’HISTOIRE DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE


Statue de Lapérouse, à Albi.

Le récit de Lapérouse ajouta aux connaissances acquises pendant le voyage antérieur du capitaine britannique James Cook. Cependant, sa publication retardée jusqu’en 1797, une décennie après le voyage, et aussi après la parution d’autres journaux plus récents d’autres explorateurs, en limita l’importance scientifique, sans toutefois faire ombre à l’éclat de ses exploits ni au mystère de sa disparition.

Ses textes portant sur les autochtones à Port-des-Français facilitent toujours une comparaison ethnologique et culturelle avec le récit éventuel du capitaine Étienne Marchand traitant des habitants des îles de la Reine-Charlotte. Le journal de Lapérouse souligne aussi les atouts des nouvelles terres qui se porteraient bienveillantes dans une colonisation éventuelle par la France.

Un mont La Pérouse fut plus tard nommé sur Haïda Gwaii en son honneur, ainsi qu’un autre du même nom en Alaska. Le récif et le banc La Pérouse au large de Haïda Gwaii rappellent aussi son passage. D’autres sites portent son nom en commémoration en France, au Japon, en Australie, en Nouvelle-Zélande, à Hawaï, sur l’île de Pâques, et même sur la lune. Son exploration planétaire lui valut donc une reconnaissance hors de ce monde.

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Comte de Lapérouse – Sites visités en Colombie-Britannique

COMTE DE LAPÉROUSE

SITES VISITÉS EN COLOMBIE-BRITANNIQUE


Carte de la côte de l’île de Vancouver et la Colombie-Britannique, 1786, par Lapérouse.

Publiée pour la première fois dans l’Atlas du voyage de Lapérouse, Paris 1797, cette carte a été réalisée en 1787 par l’explorateur lui-même. Couvrant le rivage allant du Washington à la Colombie-Britannique en passant par l’île de Vancouver, on y voit aussi Nootka, la baie de St. Louis, Pointe Boisée, Mont Fleurieu, le Cap Fleurieu, et le cap Hector.

L’originalité de cette carte réside dans le fait que Lapérouse avait pu compléter les travaux de Cook en y ajoutant le rivage de la Colombie-Britannique et de l’île de Vancouver.

L’utilisation de l’ancien français et des erreurs quant au positionnement de l’île de Vancouver peuvent compliquer la compréhension de la carte.

Les sites suivants sont identifiés par Lapérouse ; la colonne de droite en donne les noms actuels. Les sites en gras ont été baptisés ainsi par Lapérouse.

Dans les cartes de Lapérouse                Noms actuels

Baie de Clonard                                             Baie Beresford

Baie de la Touche                                          Baie Englefield

Mont de la Touche                                        sans changement

Cap Buache                                                      Île Lyell

Cap Hector                                                       Cap St. James

Îles Kerouard                                                  sans changement

Îles de Fleurieu                                              Îles Aristazabal et Price

Cap Fleurieu                                                   Île Goose

Mont Fleurieu                                                Mont Silverthorne

Îles de Sartine                                                Îles Scott (dont l’une est l’île Sartine)

Baie de St. Louis                                           Quatsino Sound

Pointe Boisée*                                                   Cap Cook

Nootka                                                                 Nootka Sound

Pointe des Brisants*                                         Pointe Estevan

Banc dont on ne connoit pas les limites       Banc La Pérouse

Île des Douleurs**                                             Île de la Destruction

Anse des Martirs**                                           Grenville

Cap Rond                                                            Tillamook Head

_____________________________________________________________________________

*Traduit de l’anglais des cartes de James Cook, 1778.

**Traduit de l’espagnol des cartes de Bruno de Hezeta, 1775.

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Comte de Lapérouse – Itinéraire mondial

COMTE DE LAPÉROUSE

ITINÉRAIRE MONDIAL

Voyage de Lapérouse, 1786-88.

L’expédition quitte Brest en France le 1er août 1785. Ce n’est que le 4 juillet 1786 que les navires arrivent à Port des Français (aujourd’hui Lituya Bay, en Alaska), et y reste un mois à visiter les campements des autochtones et à échanger avec eux pour des fourrures. Le 13 juillet, pendant une sortie scientifique, 21 membres de l’équipage périssent quand leurs canots sont renversés par les courants.

Les navires quittent Port des Français après un mois, et le soir du 10 août 1786, entrent dans les eaux de l’éventuelle Colombie-Britannique. Ils naviguent au large d’une groupe de petites îles, que Lapérouse nomme les îlots Kerouart, et une pointe de terre, le cap Hector (aujourd’hui Cap St. James). Ces îles forment l’extrémité sud des îles de la Reine-Charlotte (aujourd’hui Haïda Gwaii). Il nomme aussi une pointe le cap Buache. Le brouillard complique l’exploration désirée de toute cette région.

Deux jours plus tard, on aperçoit des montagnes enneigées, et une nouvelle pointe est nommée cap Fleurieu. Le mauvais temps empêche davantage d’entrées pour les navires, et puisque Lapérouse doit prévoir son arrivée au Japon avant la mousson, il doit quitter cette région pour voyager vers le sud. Le 24 juillet, Lapérouse baptise du nom des îles Sartine un nouveau groupe d’îles au sud-ouest de Haïda Gwaii. Il longe la côte vers Nootka (dans ce qui sera identifiée par d’autres comme l’île de Vancouver) pour se rendre au cap Flattery (dans l’état actuel du Washington), important lieu de ravitaillement. Le 3 septembre 1786, il reprend son voyage vers Monterey, en Californie, d’où il traverse le Pacifique vers le sud-est asiatique. Lapérouse aura donc passé deux mois dans les eaux de l’éventuelle Colombie-Britannique, du 4 juillet au 3 septembre 1786, mais sans y mettre pied et sans avoir rencontré ses habitants.

Lapérouse et ses navires voyagent ensuite vers la Corée, les Philippines, le Japon, la côte russe, Samoa, et l’Australie. Dans les îles Samoa, douze de ses hommes (dont le capitaine de Langle) sont tués dans une attaque par les habitants. L’expédition boite vers l’Australie où Lapérouse confie son rapport à un explorateur anglais en route vers l’Europe, ayant déjà remis journal et cartes à Barthélémy de Lessep au Kamchatka. Après une récupération à Botany Bay, les deux navires de Lapérouse quittent l’Australie, mais disparaissent au début de 1788. Des voyages de secours successifs en trouvent des vestiges, indiquant qu’ils ont sombré au large de l’île Vanikoro, aux îles Salomon. Même si certains membres de l’équipage ont pu survivre aux naufrages, aucun ne fut aperçu par des Européens par la suite. Lapérouse avait 47 ans au moment du naufrage.


Le naufrage de L’Astrolabe, lithographie par Louis Le Breton, 19e siècle

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Comte de Lapérouse – Les navires

COMTE DE LAPÉROUSE

LES NAVIRES

L’Astrolabe et la Boussole au mouillage à Port-des-Françaisen Alaska en 1786

L’expédition est effectuée à bord de deux frégates, La Boussole et L’Astrolabe. Lapérouse est capitaine de La Boussole, et L’Astrolabe a pour commandant Paul Antoine Fleuriot, vicomte de Langle, ancien compagnon de guerre de Lapérouse.

Paul Antoine Fleuriot de Langle, d’un artiste inconnu

Les 86 membres de l’équipage qui font partie du voyage sont :

• Deux capitaines

  • Deux lieutenants, MM. de Clonard et de Monti
  • Trois enseignes
  • Quatre gardes de la marine
  • Dix ingénieurs savants et bâtiments, dont deux artistes, un chirurgien, un géologue et deux naturalistes
  • Neuf officiers mariniers
  • Huit canoniers et fusiliers
  • Dix charpentiers, calfats et voiliers
  • Trente-huit gabiers (matelots qui se tiennent dans les mâts pour entretenir les gréments)
Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Comte de Lapérouse – La mission autour du monde

COMTE DE LAPÉROUSE

LA MISSION AUTOUR DU MONDE, 1785-1788

Louis XVI donne en juin 1785 des instructions à Lapérouse pour son expédition autour du monde. Tableau par Nicolas-André Monsiau, 1817.

Au 18e siècle, les rivalités entre la France et la Grande-Bretagne s’intensifient dans les océans, chaque puissance revendiquant des aires commerciales et des colonies partout sur le globe. En Amérique du Nord, leurs activités protectionnistes visant la pêche et en particulier les pelleteries précèdent leurs élans de colonisation. Les mêmes aspirations territoriales se font sentir partout dans le Pacifique.

Suite aux progrès accomplis par les navigateurs anglais, Lapérouse est chargé par le roi Louis XVI d’une expédition autour de la terre ayant quatre buts politiques et économiques :

– dans l’océan Pacifique, compléter les investigations de Cook dans les îles du Pacifique sud ;

– dans les tropiques, continuer l’exploration des îles situées entre l’Archipel de la Société, la Nouvelle-Zélande, l’Australie et la Nouvelle-Guinée ;

– sur les côtes de l’Asie, étendre ses recherches de la Chine au Kamtchatka, ainsi qu’à l’île japonaise de Yéso ;

– sur la côte est du Pacifique, explorer la côte de l’Amérique en vue de découvrir un passage vers l’Atlantique à travers ce continent, et y établir un commerce des fourrures pour la France.

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Comte de Lapérouse – Voyages préalables au Canada

COMTE DE LAPÉROUSE

VOYAGES PRÉALABLES DANS LES TERRITOIRES QUI DEVIENDRONT TERRES CANADIENNES

Siège de Louisbourg, 1758

Pendant la Guerre de Sept Ans (1756-1763), qui oppose en deux camps presque toutes les nations d’Europe, la France est à nouveau ennemie de la Grande-Bretagne. Les agressions s’étendent jusque dans leurs territoires respectifs en sol nord-américain.

Construite en 1713 par les Français sur l’île Royale (aujourd’hui l’île du Cap-Breton), la forteresse de Louisbourg, joyau de l’empreinte française en Amérique du Nord, visait à y protéger ses intérêts dans la pêche et la colonisation. À compter du 8 juin 1758, la forteresse est mise au siège par la marine anglaise, dont les forces dépassent de loin celles des Français. Lapérouse combat à bord de l’un des navires de l’escadre française.

Le 26 juillet 1758, Louisbourg capitule et les Anglais entament sa démolition. La perte à la France de ce lieu stratégique sonne le glas du Canada français. La ville de Québec tombe l’année suivante, et Montréal, en 1760.

Bataille de Louisbourg et de la Spanish Bay, 1781

Pendant la Guerre d’indépendance des États-Unis d’Amérique (1775-1783), la France, très affaiblie par la Guerre de Sept Ans, appuie en revanche les États-Unis dans cette lutte contre la Grande-Bretagne, visant en même temps à éroder l’influence de cette dernière dans le continent nord-américain.

Combat naval à la hauteur de Louisbourg, tableau par Auguste-Louis de Rossel de Cercy, 1781

Le 21 juillet 1781, Lapérouse, capitaine de L’Astrée et Louis-René Levassor, Comte de Latouche-Tréville, capitaine de L’Hermione, engagent cinq navires britanniques dans cette baie au large de la future île du Cap-Breton. La France, appuyant les Américains effectue des sorties visant à entraver le commerce anglais sur la côte. Les navires français, beaucoup plus rapides, imposent une déroute en pleine nuit aux Anglais, mais en ressortent tout de même endommagés.

Campagne de la Baie d’Hudson, 1782

Après avoir participé à des batailles connexes dans les Antilles, Lapérouse est chargé de la destruction de forts de traite de la Compagnie de la Baie d’Hudson situés sur les berges de la baie même. Le 17 juillet 1782, il entre dans le détroit d’Hudson, et atteint le fort Prince-de-Galles (Prince of Wales Fort) le 8 août, où le commandant Samuel Hearne rend immédiatement les armes. Le fort brûlé et les prisonniers embarqués, Lapérouse répète ensuite ce périple au fort Bourbon (plus tard York Factory).


Le fort assiégé et pris par le français en 1697. Par M. de Bacqueville de La Potherie.

Publié en 1722 puis en 1753.

Bien que perçu comme un succès de la France, la campagne coûteuse de Lapérouse dans la baie d’Hudson a eu peu d’influence sur le déroulement de la Guerre d’indépendance des É.-U., s’étant produite trop tard dans son déroulement. Toutefois, elle claironne les capacités de Lapérouse et établit les bases de son voyage prochain autour du monde.

À la fin de cette guerre, l’armée anglaise commandée par le Lieutenant général Charles Cornwallis est battue et capitule le 19 octobre 1781 lors de la bataille décisive de Yorktown, en Virginie. La France avait envoyé environ 150 navires et 15 000 soldats pour renforcer les troupes du Général Washington.

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Comte de Lapérouse – Biographie

COMTE DE LAPÉROUSE

 BIOGRAPHIE

Comte de Lapérouse, ca. 1781 – Château de Gô, à Albi (Tarn)

Le 23 août 1741, Jean-François de Galaup naît au château du Gô à Albi (dans le Tarn au sud de la France) siège ancestral d’une famille noble. Il est l’aîné de onze enfants.

Il épousera en 1783 Louise Éléonore Broudou, fille d’un fonctionnaire colonial à l’Île-de-France (aujourd’hui l’île Maurice). Ils ne sont un couple que pendant deux ans, car de Galaup, alors comte de Lapérouse (aussi écrit La Pérouse), meurt pendant son expédition autour du monde, sans postérité.

1756 :             À 15 ans, Lapérouse entre au Collège naval de Brest. Nomination comme garde de marine.
1757-1763 :  Participe à la Guerre de Sept Ans.
1763-1773 :  S’engage comme Garde de la Marine Royale.
1773-1775 :   Prend part aux campagnes du Bengale, de Chine, et d’Inde.
1776-1778 :   Retour à l’île Maurice. Promu lieutenant de vaisseau et nommé Chevalier de Saint-Louis.
1782 :      Pendant la guerre d’indépendance des É-U., détruit des établissements anglais dans la baie d’Hudson.
1783 :      Sa carrière militaire s’achève avec la signature de la Paix de Versailles, qui conclut la révolution américaine.
1785-1788 :  Lance voyage autour du monde, y compris sur les côtes des îles Haïda Gwaii et de l’île de Vancouver.

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – L’arrivée des Français

L’ARRIVÉE DES FRANÇAIS


De g. à dr. : Ancres des navires de Lapérouse à son monument à Albi ; artéfacts et modèle de La Boussole, au Musée Lapérouse, à Albi (photos Michel Poudenx)

Quand les Français arrivent sur ces côtes, le commerce des fourrures présente déjà des indications de stress environnemental, en raison de l’effondrement progressif des populations de loutres marines. En 1786, la même année que les capitaines anglais Andrew Lawrie et John Guise, le capitaine Jean-François de Galaup, comte de Lapérouse, en voyage autour du monde pour la cour de Louis XVI avec les navires L’Astrolabe et La Boussole, explore la région et y nomme plusieurs sites, y compris dans les îles actuelles de Haïda Gwaii.

Cinq ans plus tard, soit le 23 août 1791, le capitaine Étienne Marchand, à bord du Solide, entre dans la baie Cloak de ces îles, et lui et son équipage deviennent les premiers Francophones à fouler le sol de la future province.

Expo virtuelles

L’Exploration française, côte Pacifique, années 1780-1790 – Introduction

INTRODUCTION

La traite des fourrures maritime au large des côtes du Pacifique nord-ouest américain

Des années 1740 à 1850, plusieurs pays se livrent à l’exploration de la côte Pacifique du secteur nord-ouest de l’Amérique du Nord. Des motifs d’expansion autant commerciale que coloniale animent ces expéditions.

Les capitaines russes (dès 1741), espagnols (1774), anglais (1778), français (1786), et américains (1787) se bousculent presque le long des côtes pour effectuer avec les Premières Nations des échanges de quantités énormes de fourrures (surtout de loutres marines). Ils vendent ensuite ces pelleteries en Chine aux mandarins qui en décorent leurs habits de cour, accumulant ainsi des profits princiers pour les cours d’origine des navigateurs ou pour leurs financeurs.

Plusieurs explorateurs « prennent possession » des terres au nom de la Couronne qui a financé leur voyage, et les noms donnés aux lieux géographiques par chaque capitaine sont souvent vite remplacés par l’explorateur suivant. Cependant, sauf l’équipage du capitaine anglais William Douglas en 1788-89 dans les îles Haïda Gwaii, aucun ne s’aventure sur terre par peur du sort que lui réserveraient les autochtones, cela jusqu’à l’arrivée du capitaine Étienne Marchand en 1791.

Close